L. 681.  >
À André Falconet,
le 10 mars 1661

Monsieur, [a][1]

Je suis revenu des champs, Dieu merci, après y avoir eu bien du mal et n’y avoir passé qu’une nuit, mais sans dépouiller, [1] par un malheur qui nous arriva d’une roue qui rompit à notre carrosse. C’étaient deux gentilshommes normands qui me menaient voir leur beau-frère [2] qui avait une fièvre continue [3] avec un mal de gorge et un érysipèle [4] au visage. Synesius, [5] malcontent d’un certain voyage qu’il avait fait sur mer avec quelques juifs qui, même en danger d’être noyés, voulurent garder le sabbat et ne jamais aider à la chiourme, fait protestation de ne voyager jamais avec telles gens. [2][6] Pour moi, j’en dis de même avec des gentilshommes normands. J’en ai pourtant rapporté mes oreilles. [3] Cicéron [7] parle d’un certain Caninius [8] qui, dans tout son consulat, ne dormit point, à cause de quoi il l’appelle très vigilant ; c’est qu’il mourut le même jour qu’il fut élu consul. [4] Ainsi, je puis passer pour un médecin très vigilant car, en tout mon voyage, je n’ai point dormi : je partis d’ici lundi à midi, je n’arrivai chez mon malade que mardi à huit heures, j’en partis à dix heures du matin et j’arrivai ici hier, [5] après neuf heures du soir. Dieu me garde de tel voyage, j’en ai encore mal à la tête et aux pieds car le malheur nous arriva au milieu de la campagne. Mais c’est assez, et même trop, de vous entretenir de notre petit malheur. Conservez-moi votre amitié et je m’en tiendrai assez heureux. Je suis, etc.

De Paris ce 10e de mars 1661.



Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 10 mars 1661

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0681

(Consulté le 18/04/2024)

Licence Creative Commons "Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron." est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.