À Charles Spon, le 29 mai 1648

Note [46]

La Fronde parlementaire enflait alors dangereusement depuis l’arrêt d’union des cours souveraines (v. note [7], lettre 156), retenant la reine et le roi à Paris jusqu’à la fin de l’été. Ils ne séjournèrent à Rueil puis à Saint-Germain que du 13 septembre au 31 octobre, avant d’être rappelés dans la capitale par le mouvement de révolte qui s’y développait.


Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 29 mai 1648, note 46.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0156&cln=46

(Consulté le 27/05/2024)

Licence Creative Commons "Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron." est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.