À Charles Spon, le 8 juillet 1650

Note [5]

Ouvertement.

Arnold Boot (Boate, Boetius ou Bootius ; Gorinchem [Gorkum], Hollande 1606-Paris 1653) avait consacré sa jeunesse à l’étude des langues anciennes : grec, latin, hébreu, chaldéen et syriaque. Cette première orientation décida des occupations du reste de sa vie car, quoiqu’il fût docteur en médecine de Leyde, il consacra toute sa vie à la littérature, à la philologie et à la critique des anciens livres sur la religion chrétienne. En 1630, son frère Geert (v. infra note [8]) avait attiré Arnold en Angleterre et il avait exercé pendant quelque temps la médecine à Londres. Le comte de Leicester, vice-roi d’Irlande, l’avait pris ensuite pour premier médecin et il s’était marié à Dublin ; mais après avoir habité la Grande-Bretagne pendant 14 ans, Boot avait été obligé de la quitter à cause des troubles qui la désolaient. Il s’était retiré à Paris où il passa sept années qui furent consacrées tout entières aux belles-lettres. La plupart de ses ouvrages sont étrangers à la médecine, ils ont pour objet divers points de controverse relatifs au texte hébraïque de l’Ancien Testament (J. in Panckoucke).

V. note [10], lettre latine 1338, pour les circonstances de sa mort relatées par Guy Patin, différentes de ce qu’on lit dans les biographies.


Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 8 juillet 1650, note 5.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0236&cln=5

(Consulté le 23/05/2024)

Licence Creative Commons "Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron." est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.