À André Falconet, le 3 novembre 1651

Note [22]

« et chez qui n’est pas encore morte cette partie du corps qui jadis faisait de lui un Achille » ; Pétrone (Satyricon, cxxix) :

Crede mihi, frater, non intellego me virum esse, non sentio. Funerata est illa pars corporis, qua quondam Achilles eram.

[Crois-moi, mon frère, je ne sens plus que je suis un homme. Elle est morte, cette partie de mon corps qui jadis faisait de moi un Achille].


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de Guy Patin à André Falconet, le 3 novembre 1651, note 22.
Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0271&cln=22
(Consulté le 21.01.2021)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.