À Charles Spon, le 29 juillet 1653

Note [8]

On parlait de colique bilieuse quand on jugeait la colique (v. note [2], lettre 347) due à une rétention de bile. C’est ce qu’on appelle aujourd’hui une colique hépatique, crise douloureuse dont la cause (obstruction des voies excrétrices de la bile), le siège et les caractères sont distincts de la colique néphrétique (liée à l’obstruction de la voie excrétrice d’un rein).


Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 29 juillet 1653, note 8.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0322&cln=8

(Consulté le 27/05/2024)

Licence Creative Commons "Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron." est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.