À André Falconet, le 18 décembre 1663

Note [2]

Éphore : « magistrat qui était établi à Sparte pour brider l’autorité des rois, comme les Romains avaient établi à Rome les tribuns du peuple pour brider celle des consuls. Les éphores ont quelquefois chassé et fait mourir les rois. Ce mot vient du grec ephoran, intueri [inspecter]. C’était à eux d’être les inspecteurs de toute la république » (Furetière).

Le plus proche équivalent français de ce mot est « intendant » : « dans la maison d’un prince, d’un grand seigneur, son premier officier qui a le soin et la conduite de sa maison, de son revenu et de ses affaires » (ibid.). On peut aussi tenir l’éphore d’un jeune noble pour son précepteur (v. note [7], lettre latine 292).

Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de Guy Patin à André Falconet, le 18 décembre 1663, note 2.
Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0762&cln=2
(Consulté le 29.06.2022)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.