À Charles Spon, le 22 juin 1668

Note [2]

Guy Patin a appelé Virelle (prénom inconnu) l’« avocat de Provence » qui devait de l’argent à son cher fils Charles (Carolus meus), alors en fuite ; il est revenu sur le règlement de cette dette dans ses lettres à Charles Spon datées du 27 juillet 1668, et des 23 octobre et 8 décembre 1671. Son montant élevé (cent livres tournois), ce qui peut difficilement correspondre à des honoraires médicaux, et renverrait plutôt à une autre transaction (vente de médailles ou de livres).


Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 22 juin 1668, note 2.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0933&cln=2

(Consulté le 21/07/2024)

Licence Creative Commons "Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron." est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.