À André Falconet, le 15 décembre 1670

Note [25]

Sa Bérénice vaut à Jean Racine (La Ferté-Million 1639-Paris 1699) cette unique mention anonyme dans notre édition. La pièce avait été jouée pour la première fois le 21 novembre 1670 à l’hôtel de Bourgogne (v. note [46], lettre 516), et Tite et Bérénice de Pierre Corneille, le 28 du même mois au théâtre du Palais-Royal. Le thème fut peut-être inspiré en partie par l’amour impossible de Louis xiv pour sa belle-sœur, Madame la duchesse d’Orléans, qui venait juste de mourir.


Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 15 décembre 1670, note 25.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0997&cln=25

(Consulté le 26/02/2024)

Licence Creative Commons "Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron." est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.