À Adolf Vorst, le 3 janvier 1662

Note [10]

« Les rois voient avec les yeux d’autrui ; ils marchent avec les jambes d’autrui ; par les mains d’autrui, ils pillent les richesses de ceux qu’ils ont assujettis ; etc. » ; imitation de Pline (Histoire naturelle, livre xxix, chapitre viii, § 4 ; Littré Pli, volume 2, page 300) :

Alienis pedibus ambulamus, alienis oculis agnoscimus, aliena memoria salutamus, aliena et vivimus opera, perieruntque rerum naturæ pretia et vitæ argumenta. Nihil aliud pro nostro habemus quam delicias.

« Nous marchons avec les jambes d’autrui, nous reconnaissons par les yeux d’autrui, nous saluons grâce à la mémoire d’autrui, nous ne vivons que par autrui ; les biens précieux de la nature et les instruments de la vie sont perdus pour nous ; nous ne regardons comme à nous que nos délices. »

V. note [27] du Faux Patiniana II‑6 pour le Siècle d’or.


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de Guy Patin à Adolf Vorst, le 3 janvier 1662, note 10.
Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1205&cln=10
(Consulté le 08.12.2021)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.