Annexe : L’ultime procès de Théophraste Renaudot contre la Faculté de médecine de Paris, perdu le 1er mars 1644

Note [67]

Double négation renforcée par plus, dont je ne suis pas parvenu à éclaircir exactement le sens : pour Furetière, « non se dit avec des particules qui en augmentent la force : il n’en sait non plus que l’enfant qui est à naître » ; ce qui mène à comprendre « n’ont pas plus de droit [légitimité pour exercer à Paris] que le Gazetier », alors que Guy Patin voulait certainement dire « ont [bien] plus de droit que n’en a le Gazetier [parce qu’ils soignent effectivement un membre de la famille royale ou un prince du sang] ». Il me semble que Patin s’est ici embrouillé parce qu’il n’était pas absolument sûr de son argument.


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Annexe : L’ultime procès de Théophraste Renaudot contre la Faculté de médecine de Paris, perdu le 1er mars 1644, note 67.
Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8008&cln=67
(Consulté le 08.08.2020)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.