Annexe : Thomas Diafoirus et sa thèse

Note [11]

Dans le chapitre onzième de son Exercitatio anatomica (page 128), William Harvey n’a pu que postuler l’existence de ces « petites bouches » (oscula), dont la mise en évidence manquait à la perfection de sa démonstration :

« Pourquoi donc voyons-nous, dans la compression incomplète, les veines se gonfler et la main s’emplir de sang ? Est-ce par les veines que le sang arrive, ou par les artères, ou par les porosités invisibles des tissus ? {a} Par les veines, cela ne se peut. Par les pores invisibles, {b} encore moins. C’est donc par les artères. »


  1. per cæcas porositates.

  2. per cæcos ductus.


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Annexe : Thomas Diafoirus et sa thèse, note 11.
Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8009&cln=11
(Consulté le 27.01.2021)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.