De Charles Spon, le 5 mars 1658

Note [12]

« Bien à vous, et en vous couvrant la bouche de baisers. » Une apostrophe aussi sensuelle paraissait déjà déplacée au xviie s., mais de telles démonstrations épistolaires d’affection entre hommes n’étaient pas rares au siècle précédent, comme montre le début de la lettre adressée par Joseph-Juste Scaliger à Jacques-Auguste i de Thou le 9 novembre 1582 (xl, Ép. fr., page 130) :

« Encore que {a} vous soyez maintenant bien loin de moi, si {b} ai-je encore en mon entendement le goût que m’avez laissé de la douceur de votre conversation, tellement qu’oncques {c} je ne fus si amoureux de vous que je suis maintenant, et ne désire sinon ou que j’aie {d} le moyen de vous déclarer la puissance que vous avez sur moi, ou de le vous persuader. Tant il y a qu’il n’y a aujourd’hui homme qui ait acquis plus de droit sur moi que vous. »


  1. « Bien que ».

  2. « pourtant ».

  3. « que jamais ».

  4. « rien que d’avoir ».

L’amoureuse souscription de Guy Patin à Pierre Gassendi n’en a pas moins été supprimée dans l’édition imprimée, remplacée par Tuus ex animo [Vôtre de toute mon âme] (v. note [7], lettre latine 425).


Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – De Charles Spon, le 5 mars 1658, note 12.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=9033&cln=12

(Consulté le 23/05/2024)

Licence Creative Commons "Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron." est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.