L. 854.  >
À André Falconet,
le 19 janvier 1666

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

Monsieur, [a][1]

M. Piètre [2] est toujours fort mal. On en dit autant de la reine mère, [3] on dit que ses plaies sont sèches et qu’il y a un grand danger de la gangrène [4] prochaine. Le roi [5] était prêt à partir, mais son voyage est encore différé ; et néanmoins, les troupes marchent toujours jusque sur la frontière de Picardie, on dit qu’ils vont vers Calais [6] et Gravelines. [7] On parle ici d’une trêve entre le roi d’Espagne [8] et les Portugais pour 20 ans, mais cela me semble encore bien incertain et si elle se fait, c’est marque de grande faiblesse au roi d’Espagne. On a ici de nouveau fait commandement aux paroisses de recommencer les prières pour la reine mère ; mais vaille que vaille, Deus est immutabilis, manet voluntas Domini in æternum ; [1] ce qui doit arriver, ce que Dieu a ordonné, ne manque point d’arriver. Lucrèce [9] a dit du dieu des épicuriens Nec bene promeritis capitur nec tangitur ira ; [2] mais moi pourtant je prie Dieu qu’elle en réchappe, et que le roi diminue la taille [10] des pauvres gens des champs et les impôts des villes. [11]

Nous avons encore ici un médecin dangereusement malade, c’est M. Puilon, [12] savant homme qui sait bien son Galien et son Hippocrate. Je m’en fierais bien plutôt à lui qu’à tant d’autres qui font les suffisants avec leurs prétendus remèdes nouveaux : laudanum [13] réduit en petits grains et préparé avec la rosée de mai, [14] le vin émétique, [15] le Gilla Theophrasti[3][16] et autres tels venins. La reine mère est fort empirée, elle a reçu la nuit passée notre Seigneur. Après M. Alliot [17] et le Piémontais ou le Milanais, [18] il y a encore un autre qui se présente. Il dit qu’il la guérira, Dieu lui en fasse la grâce, mais j’ai peur que cela n’arrive point. Dieu communique-t-il sa grâce de faire des miracles [19] à des charlatans [20] et ignorants ? Je ne le saurais croire ; ainsi je me défie toujours d’eux, je pense que telles grâces ne se prodiguent pas aisément. [4]

M. Piètre vient de mourir âgé de 57 ans, il est le dernier d’une grande famille savante et honorable qui a bien eu plus de vertu, de science et de probité que de fortune, qu’elle a toujours méritée et toujours méprisée. Nous en avons encore trois bien malades. M. Piètre est mort le 18e de janvier à quatre heures du matin, d’un catarrhe [21] suffocant ensuite d’un rude accès épileptique. [22] La substance du poumon était toute pourrie avec beaucoup de sérosités dans la poitrine. [23] Il a été porté de sa maison à Saint-Médéric, [24] sa paroisse, où on lui a fait un grand service ; puis a été porté à Saint-Nicolas-des-Champs, [25] où il a été mis auprès des os de son père Nicolas, [26] mon cher maître. Je n’ai pu m’empêcher de pleurer en leur jetant de l’eau bénite. Ce tombeau contient les corps de deux hommes qui ont été bien savants, et le fils bien plus que le père ; uterque requiescat in pace[5] L’ambassadeur d’Espagne a dit à un des nôtres que la reine mère n’en avait plus que pour huit jours. [27] M. le président Le Lièvre [28] a reçu commandement de sortir de Paris pour avoir dit quelque chose contre les taxes. [6] Je vous baise les mains et suis de tout mon cœur votre, etc.

De Paris, ce 19e de janvier 1666.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 19 janvier 1666

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0854

(Consulté le 20.10.2019)