L. 963.  >
À Monsieur C.M.C.,
le 28 août 1669

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

Monsieur, [a]

Je vous remercie de tout mon cœur de celle qu’il vous a plu m’écrire. Il est vrai que j’ai traité M. Rémy [1] avec joie et allégresse, et j’en suis fort content ; [1] il m’a fait l’honneur de me croire et s’en est bien trouvé. La plupart des quartanaires [2] sont ordinairement mélancoliques [3] et obstinés, et ne croient guère volontiers les médecins. C’est la cause qui fait souvent durer ce mal plusieurs mois et même plusieurs années. Ils sont contents de moi. Mlle Rémy est une brave dame, ses deux filles belles et bien sages, et M. Rémy est un maître homme, de la classe de ces gens résolus dont il n’y a pas treize à la douzaine. Il est des esprits des hommes comme des métaux : il y en a de plus précieux les uns que les autres ; les uns sont d’or ou d’argent, les autres ne sont que de terre ou de cuivre doré ; parmi ces derniers il y a bien des tartuffes [4] et des hypocrites. [2] Au reste, Monsieur, je vous remercie de votre bon souvenir. Je vous supplie de m’aimer toujours et de croire que je veux être toute ma vie votre, etc.

De Paris, ce 28e d’août 1669.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Monsieur C.M.C., le 28 août 1669

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0963

(Consulté le 25.11.2020)