L. latine 54.  >
À Christiaen Utenbogard,
le 7 juillet 1656

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

[Ms BIU Santé 2007, fo 43 vo | LAT | IMG]

Au très distingué M. Christiaen Utenbogard, à Utrecht.

Très distingué Monsieur, [a][1]

J’ai reçu le 5e de juillet la très aimable lettre que vous m’avez écrite le 13e de janvier de cette année. Je ne doute pas qu’elle ait fort longtemps traîné chez notre grand ami M. Vander Linden, [2] parce qu’il a reporté de jour en jour le moment de m’écrire. Nous laisserons de côté votre théologien Voetius, dont j’avais meilleure opinion, pour qu’il ne perturbe plus désormais nos relations. [1][3] Nous avons aussi laissé partir cette jeune fille de chez vous avec sa tante : Mortui mortuos sepeliant[2][4] Si jamais vous rencontrez quelque Parisien s’en retournant ici, écrivez-moi par son entremise, vous pourrez même ainsi m’envoyer ce que vous aurez d’opuscules. Sinon, faites-en un paquet et faites-le parvenir à M. Vander Linden qui aura soin de me les faire délivrer en toute sûreté. Quand vous m’écrirez, adressez votre lettre À Monsieur M. Patin, docteur en médecine et professeur du roi, dans la place du chevalier du Guet à Paris[5] Je vous offre le jeton d’argent que vous avez désiré ; plusieurs suivront, si vous voulez. [3][6] Par votre intermédiaire, ne pourrai-je pas obtenir l’Oratio de Johann Freitag sur la fonction du pharmacien, paru à Groningue, in‑4o, en 1633 ? Je sais qu’il est rare et difficile à trouver. Efforcez-vous pourtant de m’en faire parvenir un exemplaire, et vous me tiendrez pour infiniment redevable à votre égard. Un jeune étudiant en médecine originaire de Nimègue, nommé Pels, qui est ici mon auditeur, vous salue ; il pense qu’on peut facilement trouver cette Oratio chez certains médecins ou libraires de votre ville. Dieu fasse qu’il en soit ainsi ! [4][7][8] Que fait votre Canter, s’est-il marié, où habite-t-il ? [9] Notre Riolan est en vie et se porte bien. [10] Portez-vous bien, excellent Monsieur, et continuez de m’aimer comme vous faites.

Votre Guy Patin de tout cœur, docteur en médecine et professeur royal.

De Paris, ce vendredi 7e de juillet 1656.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Christiaen Utenbogard, le 7 juillet 1656

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1087

(Consulté le 16.10.2019)