L. latine 93.  >
À Melchior Sebizius,
le 2 novembre 1657

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

[Ms BIU Santé 2007, fo 65 ro | LAT | IMG]

Au très distingué M. Melchior Sebizius, docteur en médecine et éminent professeur à Strasbourg.

Très distingué Monsieur, [a][1]

Comme je serais content si je connaissais votre visage, tant m’est souvent parvenue aux oreilles la bonne réputation de votre nom et de votre érudition en médecine, qui s’est répandue par presque toute la terre ; mais plus encore s’il m’était permis de parler avec vous et rechercher votre conversation si distinguée comme la source la plus féconde de la doctrine, car j’y affermirais mon esprit et étancherais pleinement ma soif de savoir ! Assurément, chaque fois que l’occasion m’a été donnée de feuilleter un de vos livres que je possède, rangés parmi ceux des premiers auteurs pour leur érudition, j’ai repu mon esprit de leur agréable lecture ; à tel point qu’un désir de plus en plus ardent me pousse à lire ceux qui me manquent (et ce bien plus encore depuis que, l’autre jour, j’en ai reçu la liste par le très honnête Moller, jeune médecin de Lindau), [1][2] et à être autant aimé de vous que je vous aime. Je fais si grand cas de vous que je vous admire et vénère, vous qui luisez aux côtés ces très distinguées lumières de votre Allemagne que sont Crato, Gesner, Éraste, Reusner, Scherbius, Sennert, Hofmann, qui fut jadis mon ami, et d’autres encore. [3][4][5][6][7][8][9] J’ose à peine vous les nommer et si je me le permets, c’est pour m’acquérir votre pleine confiance. Vous pourrez en tout cas en déduire que je ne souhaiterais rien tant que me procurer dès que je pourrai ceux de vos livres dont cette liste m’a appris qu’ils me font défaut. Je suis certain que cela se fera aisément sur votre commandement et autorité si, comme je vous en prie par Apollon, [10] vous ordonnez à votre libraire de me les envoyer tous par l’intermédiaire de M. Dinckel ; [11] je lui écrirai sur-le-champ et paierai comptant le montant intégral de cette transaction. Par ce bienfait, vous me rendrez à la fois plus savant et plus dévoué à votre personne. Portez-vous bien, très distingué Monsieur.

De tout cœur votre Guy Patin, natif de Beauvaisis, docteur et médecine de Paris et professeur royal.

De Paris, ce vendredi 2d de novembre 1657.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Melchior Sebizius, le 2 novembre 1657

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1126

(Consulté le 13.11.2019)