Autres écrits
Traité de la Conservation de santé (Guy Patin, 1632) : Chapitre IX  >

Codes couleur
Citer cet écrit
Imprimer cet écrit
Imprimer cet écrit avec ses notes

 

De la purgation menstruelle des femmes [a][1][2]

Toutes les femmes sont sujettes à cette évacuation qui se doit faire tous les mois en celles qui sont saines, qui ont atteint l’âge de puberté, qui n’ont pas encore 50 ans, qui ne sont ni grosses ni nourrices. [3] C’est à bon droit que le grand Hippocrate a dit que toutes les maladies des femmes se faisaient aut in utero, ab aut utero[1] car ordinairement, sitôt qu’une femme tombe malade, cette évacuation est soupçonnée d’être la cause du mal, soit qu’elle soit trop grande, [4] ou supprimée, [5] ou qu’elle paraisse hors de saison. [6] C’est pourquoi les femmes doivent bien soigner [2] d’être toujours bien réglées tous les mois ; car si cette évacuation est excessive, outre la grande perte de sang qui leur survient, elles sont sujettes aux syncopes [7] et grandes faiblesses, aux convulsions, [8] pâmoisons, [9] hydropisie, [10] et autres accidents mortels. Si d’autre part elle est arrêtée contre nature, il n’y a sorte de maladie qui ne puisse provenir de cette cause-là car ce sang vicieux, retournant aux parties supérieures, peut faire des suffocations de matrice, [11] des étouffements, jaunisse, [12] hydropisie, perte d’appétit, inflammation de poumon [13] et cent autres mauvais symptômes. À cause de quoi je les exhorte en ce cas d’avoir tôt recours à quelque prudent et avisé médecin, qui reconnaisse discrètement la cause de leur maladie et leur ordonne remède à propos, sans s’amuser au dire d’un tas de femmelettes ou de charlatans [14] qui n’ont qu’un remède particulier contre diverses causes, duquel ils se servent malheureusement aux dépens des pauvres malades, comme une selle à tous les chevaux. [3][15] Même, je leur donne avis de ne se faire saigner si légèrement du pied qu’il se pratique aujourd’hui, [16][17] vu que le plus souvent tel remède n’y sert de rien s’il ne se fait en temps et lieu, et par le conseil de quelque habile médecin. [4]

> Chapitre x, De l’évacuation des excréments du ventre, de l’urine et de la sueur

> Retour à la table des chapitres


Rédaction : guido.patin@gmail.com — Édition : info-hist@biusante.parisdescartes.fr
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits. Traité de la Conservation de santé (Guy Patin, 1632) : Chapitre IX

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8176

(Consulté le 04.02.2023)