À Charles Spon, le 26 juillet 1661, note 1.
Note [1]

« ça s’est fait contre mon gré ».

V. note [6], lettre de Charles Spon, le 15 janvier 1658, pour sa Sibylla medica [Sibylle médicale] (Lyon, Jean-Antoine ii Huguetan et Marc-Antoine Ravaud, 1661, in‑4o), traduction en vers latins des Pronostics d’Hippocrate (avec dédicace à Guy Patin).

La particule que Patin attachait ici pour la première fois au nom d’André Falconet, en l’appelant ensuite « mondit sieur », tenait probablement au fait que son ami lyonnais avait été honoré du titre d’écuyer, premier grade de la noblesse, qui rendait gentilhomme.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 26 juillet 1661, note 1.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0709&cln=1

(Consulté le 13/04/2024)

Licence Creative Commons