À André Falconet, le 6 octobre 1665
Note [1]

« Vous verrez si vous pouvez venir en plein hiver. Nous le chasserons d’ailleurs en faisant un bon feu, qui ne manquera jamais dans votre chambre, que j’ornerai exprès pour vous ; pourtant ce sera vous qui en serez le principal ornement ».

Guy Patin devait citer de mémoire, car le passage complet est un peu différent ; en outre, la phrase qui le suit mérite aussi d’être retenue (Ép. lat., livre i, lettre xcviii, à Isaac Casaubon, de Leyde le 7 octobre 1603, julien, pages 268‑269) :

Arbitrii tui tamen est etiam in media hyeme venire. Nos illam luculento foco expugnabimus, qui nunquam deficiet in cubiculo, quod tibi adornabo ; quod tamen nullum, præter te, ornamentum habebit. Invenies enim paupertinam quidem, sed mundam supellectilem, et concham salis puri, et ante omnia pectus tibi devotissimum.

[… Vous la trouverez certes pauvre, mais proprement meublée, et une coquille de pur bon goût ; mais devant toute chose, un cœur qui vous est entièrement dévoué].

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 6 octobre 1665. Note 1

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0839&cln=1

(Consulté le 22.01.2021)

Licence Creative Commons