À André Falconet, le 29 décembre 1666
Note [1]

« Il [Dieu] ne veut pas la mort du pécheur, mais bien au contraire, qu’il se convertisse et vive » : Nolo mortem impii sed ut revertatur impius a via sua et vivat [Je ne veux pas la mort de l’impie, mais qu’il change sa voie et qu’il vive] (Ézéchiel, 33:11).

L’ouverture faite au côté de Me Élie Béda, collègue fort haï de Guy Patin, qui allait mourir en août suivant, avait dû être un drainage de la plèvre (enveloppe du poumon).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 29 décembre 1666. Note 1

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0896&cln=1

(Consulté le 08.12.2022)

Licence Creative Commons