À André Falconet, le 7 mars 1668
Note [1]

Cette lettre a malheureusement été égarée. Celle-ci nous donne donc la première relation que nous ayons de Guy Patin regardant l’exil et la condamnation de son bien-aimé fils Charles. Les lettres disponibles ne nous disent rien d’un autre événement troublant dans la vie de Guy Patin : la cession volontaire de toute sa bibliothèque, livres, tableaux et étagères, à son fils aîné Robert, signée le 14 décembre 1667 par devant les notaires parisiens Jacques Despriez et Pierre Gallois (vLa bibliothèque de Guy Patin et sa dispersion).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 7 mars 1668. Note 1

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0930&cln=1

(Consulté le 23.10.2021)

Licence Creative Commons