À Claude Bachey, le 29 novembre 1660
Note [1]

Du latin saburra, graviers qu’on déversait au fond de la cale des navires pour les lester, la saburre désignait en médecine les « matières viciées que l’on a supposées retenues et amassées dans l’estomac à la suite des mauvaises digestions, et que l’on a considérées tantôt comme un produit altéré de l’excrétion muqueuse de cet organe, ou de la sécrétion biliaire [ici atrabilaire], tantôt comme un résidu de substances alimentaires mal digérées » (Nysten). Le français moderne n’en a retenu que la « langue saburrale ».

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude Bachey, le 29 novembre 1660. Note 1

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1182&cln=1

(Consulté le 06.04.2020)

Licence Creative Commons