À Vopiscus Fortunatus Plempius, le 4 septembre 1664
Note [1]

« car je ne laisserai pas en héritage à la vieillesse un corps délabré par les fautes de jeunesse » ; adaptation de Cicéron (De la Vieillesse, chapitre ix) :

Libidinosa enim et intemperans adulescentia effœtum corpus tradit senectuti.

[Une jeunesse qui s’est adonnée sans mesure aux plaisirs laisse un corps délabré en héritage à la vieillesse].

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Vopiscus Fortunatus Plempius, le 4 septembre 1664. Note 1

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1346&cln=1

(Consulté le 29.09.2022)

Licence Creative Commons