À Charles Spon, le 16 avril 1652
Note [10]

Guy Patin a omis l’oiseau dans sa référence à Ovide, Fastes (livre i, vers 493‑494) :

Omne solum forti patria est, ut piscibus æquor,
ut volucri vacuo quicquid in orbe patet
.

[Pour l’homme courageux, la patrie est toute l’étendue des terres, comme est celle des eaux pour les poissons, comme est toute celle des airs pour l’oiseau].

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 16 avril 1652. Note 10

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0285&cln=10

(Consulté le 10.12.2022)

Licence Creative Commons