À André Falconet, le 25 novembre 1659, note 10.
Note [10]

« cela est sans espoir ni remède. » Sur un cas probable de cirrhose alcoolique ayant atteint un stade fort avancé, Guy Patin a ici bien expliqué comment se pratiquait la consultation médicale par correspondance.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 25 novembre 1659, note 10.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0585&cln=10

(Consulté le 14/04/2024)

Licence Creative Commons