À André Falconet, le 27 février 1660
Note [10]

« nulle médecine ne vient à bout de la sécheresse et putréfaction des viscères, tant il est vital de leur conserver leur humidité ; cela dit, j’approuve tout à fait ce que vous avez proposé. »

Henri de Rhodes, médecin de Lyon, avait administré de ce vin d’absinthe à M. Tevenet, procureur de Lyon malade, qui mourut pourtant (v. note [1], lettre 587). Guy Patin craignait qu’on ne refît là-bas la même erreur avec un abbé hydropique.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 27 février 1660. Note 10

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0593&cln=10

(Consulté le 21.09.2020)

Licence Creative Commons