À Johannes Antonides Vander Linden, le 23 juillet 1655
Note [10]

Je n’ai pas identifié cet Italien qui devait écrire contre l’antimoine, dans le sillage de son compariote Girolamo Mercuriali (v. note [1] de l’Observation ii sur les us et abus des apothicaires).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johannes Antonides Vander Linden, le 23 juillet 1655. Note 10

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1071&cln=10

(Consulté le 31.01.2023)

Licence Creative Commons