À Johannes Antonides Vander Linden, les 28 octobre et 7 novembre 1660, note 10.
Note [10]

Ce prêt ne se fit pas : Pierre Petit préféra se lancer lui-même dans une édition d’Arétée (qui ne parut qu’en 1726, à Londres, v. note [3], lettre 731) ; ce qui affermit Johannes Antonides Vander Linden dans son dessein d’en faire autant (v. supra note [5]), mais il ne put en venir à bout.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johannes Antonides Vander Linden, les 28 octobre et 7 novembre 1660, note 10.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1181&cln=10

(Consulté le 15/04/2024)

Licence Creative Commons