Autres écrits : Une thèse cardinale de Guy Patin :
« La Sobriété » (1647), note 107.
Note [107]

L’auteur de la dédicace (sans doute Guy Patin) s’est clairement inspré de l’éloge de Nicolas ii Le Bailleul (Nicolaus Balliolus) par Scévole i de Sainte-Marthe, {a} livre v, page 155 :

Gens illa nobilis est et antiqua, quæ pluribus abhinc sæculis in eadem provincia floret, vigetque, insigniaque Britannici Ducatus gestat ob egregiam in prælio navatam operam ab uno ex familia, qui Ducem Armoricorum equo disiectum fortiter in equum sustulit.

[Cette famille est ancienne et de noble race. Elle fleurit et prospère depuis des siècles dans la même province. {b} Elle arbore les enseignes du duché de Bretagne {c} en raison des zélés services rendus par un de ses membres qui, étant à la tête des Bretons, fut désarçonné puis remonta courageusement sur son cheval].


  1. Elogia, Paris, 1630, v. note [1], lettre 1018.

  2. En Normandie.

  3. Les hermines bretonnes figurent sur les armoiries de Nicolas ii Le Bailleul gravées sous son portrait, en tête de la thèse.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Une thèse cardinale de Guy Patin :
« La Sobriété » (1647), note 107.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8223&cln=107

(Consulté le 24/02/2024)

Licence Creative Commons