À Charles Spon, le 8 janvier 1649
Note [11]

« il est pourtant reconnu ». Guy Patin évoquait la Harangue faite au roi et à la reine par M. Talon, avocat général, à l’entrée du Parlement après la Saint-Martin, l’an 1648 (Lyon, J. Justet, 1648, in‑12o).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 8 janvier 1649. Note 11

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0164&cln=11

(Consulté le 21.10.2019)

Licence Creative Commons