À Charles Spon, le 26 juillet 1650
Note [11]

« il lui a fallu s’en aller là-bas d’où, dit-on, nul ne revient » ; Catulle (Poèmes, iii, vers 11‑12) :

Qui nunc it per iter tenebricosum
illuc, unde negant redire quemquam
.

[Et maintenant, il va par la route ténébreuse là d’où, dit-on, nul ne revient].

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 26 juillet 1650. Note 11

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0237&cln=11

(Consulté le 07.12.2022)

Licence Creative Commons