À André Falconet, le 5 octobre 1660
Note [11]

La Pomme de pin, cabaret réputé de Paris, se trouvait sur le pont Notre-Dame ; son propriétaire s’appelait Philippe Groüin (ou Gruyn): « La famille Gruyn représente sans contestation possible l’un des plus importants lignages financiers du xviie s. Elle trouve son origine dans un marchand de vin de la capitale qui tenait un célèbre cabaret à la mode sous Louis xiii et qui était un fournisseur de la Maison du maréchal de La Meilleraye, lequel aurait fait la fortune de ses enfants. Quoi qu’il en soit, les quatre fils [Philippe, Charles, Pierre, et Rolland] de cet heureux commerçant allaient avec des fortunes diverses faire des carrières éclatantes dans les affaires du roi » (Dessert a, no 221).

Le second fils de Philippe, Charles Groüin, sieur des Bordes, avait débuté comme commissaire général de la Cavalerie de France avant d’être secrétaire du roi de 1655 à 1675. Protégé de Mazarin, il était entré dans 16 traités, avait participé aux prêts sur la recette générale des finances de Riom (1652-1655) et était devenu fermier général des cinq grosses fermes (1652-1659) et des gabelles (1656-1663). Il avait épousé en 1657 Geneviève de Moy, veuve du baron de Lanquetot, et fait construire en 1650 sur l’île Saint-Louis, au bord du quai regardant le quai Saint-Paul, l’actuel hôtel de Lauzun. Charles Groüin survécut à sa chute et fut ruiné en 1661 lors des poursuites contre les financiers à l’époque du procès de Fouquet (Adam et Dessert b). La maison des champs qu’il faisait construire se situait à Noisiel, près de Lagny-sur-Marne.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 5 octobre 1660. Note 11

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0641&cln=11

(Consulté le 19.09.2019)

Licence Creative Commons