À Charles Spon, le 8 décembre 1671
Note [11]

Jean Anisson (mort en 1721), fils de Laurent, eut une brillante carrière d’imprimeur, d’abord à Lyon, puis à Paris, en 1687, comme directeur de l’Imprimerie royale. Le propos de Guy Patin suggère qu’on avait alors dessein d’imprimer à Lyon les trois tomes (ix, x, xii) qui manquaient encore aux œuvres complètes d’Hippocrate et Galien, grec et latin, de René Chartier, qui ne parurent qu’en 1679 et 1689 à Paris (v. note [13], lettre 35). En 1677, les libraires associés Aubouyn, Pralard et Villery présentèrent requête à la Faculté pour lui demander des docteurs qui présideraient au travail d’impression qui devait achever les volumes ; la série en avait été interrompue à cause de la longueur et des frais de l’édition commencée et déjà avancée. La Compagnie fit droit sur leur requête et leur laissa le choix des commissaires. MM. Le Moine et Blondel y donnèrent leurs soins, leurs veilles et leurs travaux. L’édition complète sortit de la presse en 1679 (Hazon b, page 104).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 8 décembre 1671. Note 11

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1011&cln=11

(Consulté le 11.05.2021)

Licence Creative Commons