De Charles Spon, le 5 mars 1658, note 11.
Note [11]

C’était la fin procédurière de la dispute, largement évoquée dans les précédentes lettres, entre le médecin Bonaventure Basset et le Collège des médecins de Lyon qui avait député à Paris l’un des siens, Antoine Robert, pour le défendre.

En disant « double contrepointier », Charles Spon (v. note [5], sa lettre datée du 24 avril 1657) pensait au fait que Basset était fils d’un contrepointier, et aussi au sens du verbe contrepointer : « être contraire en avis, en sentiment à un autre, et le choquer en toutes occasions » (Furetière).

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – De Charles Spon, le 5 mars 1658, note 11.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=9033&cln=11

(Consulté le 15/06/2024)

Licence Creative Commons