À Charles Spon, le 18 janvier 1644
Note [14]

« Catulle a appelé le printemps tiède à cause de sa tépidité [tiédeur] : quand le printemps est tiède, alors c’est une année très douce. » Iam ver egelidos refert tepores,/ iam cæli furor æquinoctialis/ iucundis Zephyri silescit aureis [Déjà le printemps ramène les tièdes chaleurs ; déjà la fureur du ciel équinoxial s’apaise aux souffles agréables du Zéphyr] (Catulle, Poèmes, xlvi, vers 1‑3).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 18 janvier 1644. Note 14

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0099&cln=14

(Consulté le 17.09.2019)

Licence Creative Commons