À Charles Spon, le 20 mars 1649
Note [14]

Journal de la Fronde (volume i, fos 15 vo‑16 ro, 15 janvier 1649) :

« Hier au matin on envoya quérir d’ici les pièces de canon qui ont été tirées du Bois de Vincennes, qui sont demeurées embourbées en chemin. Il y eut aussi hier 40 ou 50 charrettes chargées de pain de Gonnesse qui arrivèrent ici. Le Parlement a donné le palais du cardinal Mazarin à M. de La Mothe, qui y loge à présent. L’on commença hier à faire inventaire de tout ce qui est dans ce palais et dans l’appartement qu’il avait au Palais-Royal. Ses nièces sont parties de Saint-Germain pour se retirer, les uns disent au Havre, les autres à Sedan.
Le Conseil d’en haut a donné arrêt à Saint-Germain portant cassation de celui du Parlement donné le 8 du courant contre ce cardinal, auquel on a fait défense de désemparer {a} d’auprès du roi. On publia hier l’ordre et règlement que doivent tenir les gens de guerre, par lequel on oblige chaque soldat à prêter serment pour servir trois mois, et défend à tous capitaines de donner congé à aucun desdits soldats qu’après lesdits 3 mois.
La rivière de Seine est tellement grossie puis trois jours qu’on ne l’a jamais vue si grosse ; elle a emporté le moulin de la Grève et le bout du pont des Tuileries du côté du faubourg Saint-Germain, et amené une prodigieuse quantité de bois.
Il y eut encore hier arrêt au Parlement portant que tous les biens et revenus du cardinal Mazarin seraient séquestrés. M. le maréchal de l’Hospital et M. de Vittry revinrent hier de Saint-Germain. »


  1. Partir.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 20 mars 1649. Note 14

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0166&cln=14

(Consulté le 08.07.2020)

Licence Creative Commons