À André Falconet, le 25 février 1661
Note [14]

Dérivé du latin, intrepidus, par l’italien, intrepido, intrépide (« qui ne craint point la mort, qui affronte les périls » [Furetière]), « usité dès le xvie s. et oublié, reparut au commencement du xviie s. comme un mot nouveau. [Jean-Louis Guez de] Balzac et Guy Patin osent à peine s’en servir » (Littré DLF). « Balzac a dit que le mot intrépide lui plaisait extrêmement et que s’il avait du crédit, il l’emploierait pour solliciter sa réception. S’il vivait, il goûterait le plaisir de le voir parfaitement bien établi » (Trévoux).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 25 février 1661. Note 14

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0672&cln=14

(Consulté le 25.11.2020)

Licence Creative Commons