Autres écrits : Traité de la Conservation de santé (Guy Patin, 1632) : Chapitre VIII
Note [14]

« Le coït est avantageux dans les maladies provenant du flegme » (Épidémies, livre vi, Littré Hip, volume 5, page 321).

Hippocrate s’est intéressé à une autre particularité des flegmatiques (De la nature de l’enfant, § 20 ; Littré Hip, volume 7, page 511) :

« Ceux qui deviennent chauves sont pituiteux ; dans leur tête, au moment du coït, le phlegme agité et échauffé se porte à l’épiderme et brûle les racines des cheveux, qui tombent. Mais les eunuques ne deviennent pas chauves parce qu’ils n’éprouvent point de mouvement violent ; chez eux, le phlegme ne s’échauffe pas dans le coït et ne brûle pas la racine des cheveux. »

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Traité de la Conservation de santé (Guy Patin, 1632) : Chapitre VIII. Note 14

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8175&cln=14

(Consulté le 28.10.2021)

Licence Creative Commons