À Claude II Belin, le 4 juillet 1635, note 15.
Note [15]

« qui recouvre, grâce à Dieu, sa bonne santé de naguère. » Nouvelle preuve que Guy Patin vouait alors une profonde admiration pour Richelieu, qu’on ne lui retrouvera pas pour Mazarin. Elle traduisait son adhésion implicite au parti des bons Français, que Richelieu défendait à l’extérieur contre celui des dévots, sympathisants des catholiques espagnols. La fin du ministère de Richelieu allait pourtant modifier la bonne opinion de Patin à son égard.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 4 juillet 1635, note 15.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0023&cln=15

(Consulté le 23/02/2024)

Licence Creative Commons