À Hugues II de Salins, le 15 novembre 1657, note 15.
Note [15]

« l’hydropisie avec ascite provient toujours d’une intempérie très chaude : s’il s’agit d’une intempérie simple avec obstruction, il faut recourir à la saignée ; s’il y a vice du foie, c’est-à-dire un abcès, un squirre, etc., la saignée ne servira à rien, c’est en effet une maladie mortelle ; cependant, la saignée peut être parfois utile pour prolonger la vie de quelques jours et pour éviter un étouffement menaçant, et Galien l’a recommandée en divers endroits, principalement dans son livre qui vaut de l’or sur la Raison de soigner par la saignée, et dans ses commentaires du livre d’Hippocrate sur le Régime alimentaire dans les maladies aiguës. »

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Hugues II de Salins, le 15 novembre 1657, note 15.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0503&cln=15

(Consulté le 24/02/2024)

Licence Creative Commons