À Charles Spon, le 18 juin 1658
Note [15]

Mme de Motteville (Mémoires, page 465) :

« Le maréchal d’Hocquincourt, qui s’était avancé plus que les autres pour reconnaître nos lignes, fut le premier qui se sentit de la mauvaise destinée du parti {a} où il était. Il y perdit la vie, qu’il quitta avec un sensible regret de mourir hors du service du roi. Il vécut quelques jours, dans lesquels il fit paraître ses sentiments et fit supplier le roi qu’en lui pardonnant son crime, son corps pût être enterré à Notre-Dame-de-Liesse, ce qui fut accordé facilement. »


  1. Le parti condéen.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 18 juin 1658. Note 15

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0528&cln=15

(Consulté le 25.09.2020)

Licence Creative Commons