À Charles Spon, le 20 mars 1649
Note [157]

En qualité de surintendant des finances, La Meilleraye faisait alors partie du Conseil.

La Gazette (Ordinaire no 103, du 11 juillet 1648, page 888) avait salué, avec un enthousiasme teinté, semble-t-il, d’une once d’ironie, la nomination de La Meilleraye :

« De Paris, l’11 juillet 1648. Le 9 de ce mois, le maréchal de La Meilleraye, grand-maître de l’Artillerie, fut déclaré par la reine surintendant des finances de France en la place du sieur d’Émery. Et afin qu’il pût être plus soulagé, et qu’il y eût aussi plus de personnes à avoir l’œil à la bonne administration des finances et empêcher qu’il ne s’y commette aucun abus, Sa Majesté lui a adjoint en qualité de directeurs, les sieurs d’Aligre et de Morangis, anciens conseillers d’État, tous trois personnes d’intelligence et de probité connue. Tout le monde a fort applaudi à ce choix, et s’attend que ce maréchal, qui prit le même jour sa place au Conseil d’en haut comme ministre, fera bientôt voir par ses soins qu’il ne sait pas moins pourvoir à la subsistance des armées qu’il sait les bien commander et les faire agir ; et qu’un esprit comme le sien est capable de tous les emplois qu’on lui peut confier, de quelque différente nature qu’ils soient. »

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 20 mars 1649. Note 157

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0166&cln=157

(Consulté le 08.07.2020)

Licence Creative Commons