À Claude II Belin, le 12 octobre 1641
Note [16]

Christian iv (1577-1648), fils de Frédéric ii (1534-1588), était monté sur le trône de Danemark et de Norvège à la mort de son père, et avait été, pendant sa minorité, placé sous la tutelle d’un conseil des nobles. Instruit, éclairé, constamment préoccupé de réformes et d’améliorations, il fut le plus remarquable des rois de la Maison d’Oldenbourg. En guerre avec la Suède, il lui avait imposé la libre navigation dans la Baltique par la paix de Sjoeroed (1613). Il réorganisa l’Université de Copenhague, fonda un observatoire, un jardin botanique, des bibliothèques, des écoles. Créateur d’une marine puissante, il eut le premier l’idée de chercher le passage du nord de l’Amérique en Asie, fonda des colonies au Groenland, donna un développement considérable au commerce et aux expéditions maritimes. Il reconstruisit la ville d’Oslo en Norvège, qu’il baptisa Christiania, améliora la législation, les finances, l’instruction publique, mais tenta sans succès de diminuer les prérogatives de la noblesse et d’abolir le servage. Tous ses efforts dans cette voie vinrent constamment se briser contre l’égoïsme de l’aristocratie. Pendant la guerre de Trente Ans, cédant aux sollicitations des princes protestants, il avait pris le commandement de l’armée de la Basse-Saxe, été battu par Johan t’Serclaes van Tilly à Lutter-sur-Baremberg (1626), mais avait paru encore assez redoutable à l’Autriche, par son alliance avec Gustave-Adolphe, pour obtenir le traité de Lübeck (1629). Une guerre avec la Suède (1643-1645), pendant laquelle il essuya quelques revers, lui fit perdre les provinces norvégiennes de Herjedal et de Jemteland, ainsi que les îles de Gothland et d’Œsel. Ce fut là le dernier événement considérable de ce long règne, qui dut surtout son éclat et sa gloire aux institutions civiles et à l’administration intérieure (G.D.U. xixe s.).

Anne, sœur de Christian iv, avait épousé en 1589 Jacques vi, roi d’Écosse, devenu en 1603 Jacques ier, roi d’Angleterre, père de Charles ier, qui régnait alors. Alliée de la France, qui la soutenait financièrement, la Suède rallumait la guerre contre l’empereur en envoyant un renfort de troupes mené par le généralissime Lenart Torstensson.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 12 octobre 1641. Note 16

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0061&cln=16

(Consulté le 29.11.2022)

Licence Creative Commons