À Charles Spon, le 28 janvier 1653
Note [16]

Sommervogel n’a pas répertorié ce recueil dans sa bibliographie du P. Denis Petau.

Le fo 112 du Ms BnF no 9357 est un poème latin sur la mort d’Omer Talon, signé « M.G.P.B.D.M.P. », sans doute pour « Maître Guy Patin, natif de Beauvaisis, docteur en médecine de Paris » :

In obitum Audomari Talæi, Advocati Regii.
Qui medio Reges inter legesque senatu,
facundo toties ius dedit eloquio,
qua potuit moderans quidquid vesana libido
prædandi invexit, quod populusque luat,
dum dolet a Siculo calcari fœdera legum,
Galliæ, et a puero libera vota patrum,
præsagitque deum ultorem, legumque patrumque,
moliri certum Regibus exitium,
ne foret aut Regno, aut legi, vel utriq. superstes,
Talæus voluit lege obeunte mori
.

[Sur la mort d’Omer Talon, avocat du roi.
Au sein du Parlement, parmi les rois et les lois, il a tant de fois rendu la justice avec une grande éloquence. Elle lui a permis de modérer tout ce que le désir furieux de piller y a fait entrer et que le peuple expierait, tandis qu’il endure les lois promulguées en France par l’éperon sicilien et les promesses des pères dévoyées par un enfant. Il annonce le dieu vengeur et des lois et des pères, qui ménagera une ruine certaine aux rois. Pour que ne perce celui qui tiendra tête ou à l’autorité royale, ou à la loi, ou aux deux ensemble, Talon a voulu que la loi vienne devant la coutume].

Obiit sabbathi, 28 Dec. 1652.
[Il mourut le samedi 28 décembre 1652].

L’écriture du transcripteur ressemble à la jolie cursive de Charles Spon.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 28 janvier 1653. Note 16

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0301&cln=16

(Consulté le 28.01.2021)

Licence Creative Commons