À Charles Spon, le 16 décembre 1653
Note [17]

« On dit faire de cuir d’autrui large courroie, pour dire être libéral de ce qui ne nous coûte rien. Ce proverbe vient d’une fable où l’on feint que le renard étant médecin du lion malade, lui ordonna de se ceindre les reins d’une ceinture tirée de la peau du loup ; après quoi il coupa au loup une longue et large courroie de sa peau, lequel en hurlant s’en plaignit en ces termes : “ Que vous faites du cuir d’autrui large courroie ! ” Le latin dit de alieno corio ludere » (Furetière). Érasme (Adages, no 1188, De alieno ludis corio, Risquer la peau des autres) renvoie à d’autres auteurs latins (Apulée, Sénèque, Plaute, Cicéron et Tertullien) pour l’emploi de ce proverbe.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 16 décembre 1653. Note 17

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0334&cln=17

(Consulté le 28.11.2020)

Licence Creative Commons