À André Falconet, le 27 avril 1660
Note [17]

« c’est en effet un homme d’une érudition très soudée et d’un goût infini ». Se faire poissonnier la veille de Pâques c’est n’être pas au goût du jour : se mettre à vendre du poisson quand le carême se termine.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 27 avril 1660. Note 17

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0605&cln=17

(Consulté le 24.02.2021)

Licence Creative Commons