Annexe : Déboires de Carolus, note 170.
Note [170]

Mort moins de deux mois plus tard, Charles Patin, se sentant approcher du trépas, aurait sollicité l’avis épistolaire d’un collègue allemand, et montré à son élève Alessandro Knips-Macoppe (qui en était peut-être l’auteur caché) la surprenante réponse qu’il avait reçue.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Annexe : Déboires de Carolus, note 170.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8010&cln=170

(Consulté le 15/04/2024)

Licence Creative Commons