À Charles Spon, le 26 octobre 1655, note 18.
Note [18]

« dont le nombre est ici incalculable. » V. note [18], lettre 525, pour la Mozambique où Guy Patin, franc gallican et calviniste mitigé, rêvait d’exiler tous les moines et jésuites qu’il tenait pour les suppôts du pape ; ce qu’il appelait ici des créatures papalines, mot que Reveillé-Parise a transcrit en papelines, mais la papeline est une « étoffe dont la chaîne est de soie, et la trame de fleuret, qui se fabrique à Avignon terre papale, d’où elle a pris son nom » (Trévoux).

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 26 octobre 1655, note 18.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0421&cln=18

(Consulté le 14/04/2024)

Licence Creative Commons