À Charles Spon, le 23 novembre 1657
Note [18]

« On dit en termes de monnaie, qu’une pièce a senti la touche pour dire qu’elle a été éprouvée non seulement sur la pierre, mais aussi avec l’eau-forte ou le burin. Ce qu’on appelle pierre de touche, est une pierre noire et resplendissante qui sert à éprouver les métaux » (Thomas Corneille).

Littré DLF donne là-dessus un proverbe recensé par Henri Estienne : « Il est du bas or, il craint la touche. »

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 23 novembre 1657. Note 18

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0504&cln=18

(Consulté le 19.04.2021)

Licence Creative Commons