À Charles Spon, le 18 janvier 1658
Note [18]

Camerlingue : « cardinal qui régit l’État de l’Église et administre la justice. C’est l’officier le plus éminent de la Cour romaine parce que tout le bien du Saint-Siège est administré par la Chambre dont il est le président. Le Siège vacant, il fait battre monnaie et marche en cavalcade accompagné de la garde des Suisses et autres officiers, et il publie des édits. Il a sous lui un trésorier et un auditeur appelés généraux, qui ont une juridiction séparée, et 12 prélats appelés clercs de Chambre » (Furetière).

Mazarin mettait en demeure le cardinal Antoine de choisir son camp : ou Rome avec le camerlingat, ou la France avec la grande aumônerie. Cumulant les charges, le cardinal Antonio Barberini était aussi archevêque de Reims depuis mai 1657.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 18 janvier 1658. Note 18

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0513&cln=18

(Consulté le 15.07.2020)

Licence Creative Commons